lundi 2 mars 2009

Petites Rides


Petites rides, petits ridules.
Qu'y a-t-il de ridicule ?
Rides de joie, rides tristesse,
Rides fatigue ou allegresse.
Pourquoi effacer
Visage creusé ?
Toute une vie d'amour, de peine,
Rides par qui les rires s'enchaînent.

Et, comme c'est triste,
Un visage lisse.
Rien n'est fané par les années.
Rides labeur,
Rides profondeur,
Traces de trop d'expérience.
Loin de moi l'insouciance.

Blessures, regrets,
Sans regretter
Tous les parfums d'années passées.
Parfums d'été,
Ebriété.
Parfums d'hiver,
Sobriété.
Rides de trop
Et rides pas assez.
Trop d'avenir et trop de passé.
Douces, cruelles,
Dures, sensuelles .....

Pourquoi faut-il que les rides s'effacent
Devant une vie si pleine .... qui passe ?


Elisabeth Derwent Bayet

4 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
C.P.C.G.B a dit…

Merci Elisabeth, grâce à ton poème, quand je me raserai le matin je me sentirai de meilleure humeur... C'est vrai depuis quelque temps ça me déprime, mais là je sens que ça va aller mieux.
PS. c'est moi qui ai effecé le com précédent.
Roland

Claudie Becques a dit…

Ah que ce poème est réconfortant !
Alors au diable les crèmes et le Botox ?
Génial ! Je me sens beaucoup mieux !
Merci Elisabeth.
Clo

marie-ange a dit…

oui, tu as raison! heureux ceux qui assument la vie et les traces témoins qu'elle laisse sur le corps.
mieux vaut d'ailleurs avoir des rides
sur la peau que dans le coeur,
n'est-ce-pas?
marie-ange