lundi 16 mars 2009

NOIR ET BLANC



Il n'y a rien de noir et blanc.

Le noir tire sur le bleu la nuit venue,
Jetant ses ombres étoilées sur la mer.
Au petit jour, lorsque les étoiles argentées ont disparus
Derrière la lune laiteuse,
Des perles d'écume dansent sur le sable clair.

Il n'y a rien de noir et blanc.

La neige en hiver tire sur l'écru
Et ses reflets bleutés s'allongent vers l'infini
Sous des nuages rose vanille.
Nuages qui s'assombrissent avec l'orage
Dans un ciel ébène et gris.

Il n'y a rien de noir et blanc.

Et ces pensées 'noires' qui peuplent nos nuits
Ne sont que des rêves sombres
Que le matin éclaircit.
Et la peau 'noire' n'est qu'une peau 'blanche'
Dorée par une lumière qui brille.

Il n'y a rien de noir et blanc.

Et pourquoi cette pauvre pensée
Que nous sommes plus 'blancs' qu'autrui ?
Sommes-nous crystal et transparents
Ou sainteté divine ?
Nul n'est noir dans ce petit monde
Que mille teintes illuminent.

Il n'y a rien de noir et blanc.



Elisabeth Derwent Bayet

3 commentaires:

Claudie a dit…

Peu importe la couleur de la peau, seule la couleur de l'âme est importante.
C'est un bien joli poème Elisabeth.
Amicalement. Clo

C.P.C.G.B a dit…

Vive le contraste, ça enrichit et au moins c'est vivant.
Mais on vit une époque de consensus, tout devient gris et uniforme, on pense plus par soi-même. On rentre dans le rang de la pensée unique pour être tranquille.
Quelle tristesse !
Bravo pour ton poème
Roland

Mésange a dit…

Bonjour Élisabeth,

J'aime ces couleurs multiples que tu images avec talent et volonté. Qu'y a t'il de plus beau et de plus riche que la diversité pour élargir l'étroitesse d'esprit que trop de gens ont en eux. Oui, j'aime ces mots, beaucoup...
Bravo
Nadine