samedi 21 février 2009

Shaïan

Et cette âme glacée, glissant sous la pluie battante,
Ce fantôme de beauté brûlante et de noirceur vibrante,
L'obscurité de son Daëmon, la pâle clarté de son visage,
Un esprit de perversion, dans un si beau corsage.

Elle avance vers moi à ton image,
De beauté nuisible et de cris invisibles,
Des fils invincibles m'enlacent, et des griffes
Nocturnales arrachent mon coeur de son antre.

Elles blessent ma peau, mon esprit et mon âme,
Torturant mon coeur d'une folie meurtrière,
Lambeaux de chairs déchirés à mon image,
Esprit enfermé dans une prison de verre.

Fanny Durand

3 commentaires:

marie-ange a dit…

"shaïan" la rose noire?
La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion, et chaque épine une réalité?
la mort, allégorie fatale, ton poème donne un long frisson alimenté par son rythme et ses sonorités riches.
Quel esprit tourmenté!
marie-ange

C.P.C.G.B a dit…

Et voilà... c'est tout le problème quand on passe en deuxième, Mari-Ange a tout dit...
Très beau texte.
Roland

Claudie Becques a dit…

Ce poème est vraiment magnifique !
Clo