samedi 21 février 2009

Re-source


Le lac clapote et le ciel bêcheur
Se rit des turpitudes du monde,
Le sentier m'a proposé ses fleurs,
Le soir marie la terre et l'onde.

C'est l'heure où les flamants s'avancent
Tête attentive à petits pas lents,
Oeil rivé sur les fonds qui dansent,
Miroir fidèle et reflets vibrants.

L'esprit le coeur vont en symbiose,
Un indicible calme envahit
L'univers pur des flamants roses,
Fleurs de chair au jardin de la nuit.

Ils ont la légèreté des songes,
Le port délicat qui voit qui sait,
Les proies sont là les becs plongent,
Réalité fine et fiction vraie.

Autour d'eux s'agitent les canards
Pressés, les oies les poules qui chassent
En flottilles gâcheuses de nénuphars,
Rien ne vient troubler leur espace.

Loin des cris confus de la cité,
Ils s'envolent planent et se posent
Dans mon rêve de sommeil embué
Chercheur d'azur, d'amour, de roses.

Armand Mante

3 commentaires:

Claudie Becques a dit…

L'ignorante que je suis, est un jour passée voir les flamands roses sur l'étang de Thau... mais en juillet (faut le savoir !) il n'y en a point (sourire).
Grâce à ce poème c'est comme si j'y étais !
Merci. Clo

marie-ange a dit…

comme on est loin du cliché touristique des flamants roses de Camargue ! je ne manquerai pas d'aller me re-sourcer au bord de ce lac
marie-ange

C.P.C.G.B a dit…

Encore un beau symbole de notre région, et avec le talent d'Armand. En lisant on voit les images défiler devant nos yeux.
Faudra nous le déclamer un jour Armand tu le fais si bien.
Roland