samedi 20 mars 2010

un certain dimanche de mars

Une journée prometteuse
Ciel franchement bleu
Lumières irisantes
Air presque glacial
Un doux laisser aller un peu mélancolique
Le mot "vieillesse" s'ouvre par le mot "vie"
La vie à cet instant se veut accalmie
impérieuse envie d'apaisement
surtout ne pas fêter avec fracas
une musarderie dans un musée ?
pourquoi pas ?
Dehors entre chien et loup flotte une senteur de neige
plus tard le ciel sombre crache de gros flocons de ouate blanche
qui rayent lentement l'espace étonné
et finissent pas s'étendre sur la terrasse
habillant tout d'une mousse de dentelle scintillante
Ultime cadeau de la nature
célébrant ce jour qui s'achève

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel plaisir !
Un texte tout en mélancolie paresseuse, plein de formules mystérieuses qui ne souhaitent pas se dévoiler !

Amitiés,
Gérard

Elisabeth a dit…

Encore un peu de 'Marie-Ange' toute en douceur - D'accord avec Gérard, un peu mystérieux et langoureux. A très bientôt
Bises
Elisabeth B

C.P.C.G.B a dit…

C'est vrai qu'il se dégage de ton poème beaucoup de douceur, j'aime beaucoup.
La neige en Mars a l'air de t'inspirer.
Roland

les Bigres a dit…

Les Bigres du Tergal - Spectacle "Sauf le Respect..."

Nous sommes un groupe toulousain composé d'une conteuse et de trois musiciens.

Nous proposons un spectacle autour de textes et de chansons de Brassens.

Nous contactons toutes les personnes qui ont des Blogs tournant autour de Brassens

Toutes les infos, les dates, les extraits, les photos sur le blog

http://lesbigresdutergal.over-blog.fr

Merci de diffuser ce que nous faisons et de mettre un lien sur votre blog si vous trouvez que ce que l'on fait est digne d'intérêt.

Les Bigres ....

lesbigres.dutergal@laposte.net

ErBer-Sète a dit…

Tes mots qui s'élèvent en volutes parfumées et revêtent d'un voile transparents des émotions qui m'effleurent en passant comme une douce brise.

Raymond